Formule 1 GP d'Émilie-Romagne

Hamilton miserait sur Antonelli pour lui succéder chez Mercedes

Lewis Hamilton soutient le jeune Andrea Kimi Antonelli pour lui succéder au sein de l'écurie de Formule 1 Mercedes, et il y a plusieurs raisons de partager son point de vue.

Andrea Kimi Antonelli,  Prema Racing

L'équipe Mercedes attend toujours de voir si elle peut convaincre Max Verstappen de rejoindre l'équipe alors que les luttes politiques internes chez Red Bull s'éternisent, mais à mesure que le temps passe, il est devenu clair qu'Andrea Kimi Antonelli pourrait bien être son homme pour l'avenir. Jeudi à Imola, Lewis Hamilton a déclaré qu'il mettrait le jeune Italien dans la voiture, si la décision devait lui revenir.

"Honnêtement, je n'ai aucune idée des plans de Toto [Wolff], mais je pense que pour moi, prendre un jeune pilote serait [la voie à suivre]. Si j'étais à son poste, je prendrais probablement Kimi", a déclaré le septuple Champion du monde. Mais si Mercedes n'a jamais eu l'habitude d'engager un débutant, les planètes n'ont peut-être jamais été aussi bien alignées pour lui permettre de miser sur un véritable rookie cette fois-ci.

La foi est là

Les actes récents de Mercedes suggèrent que la pensée d'Hamilton n'est pas très éloignée de celle de son employeur. Depuis l'annonce fracassante du départ du Britannique pour Ferrari en 2025, l'équipe Mercedes a accéléré le programme de son protégé de 17 ans. Elle a notamment procédé à des essais privés avec des monoplaces de 2021 et 2022 pendant l'intervalle important qui séparait les manches de F2 de Melbourne et d'Imola, et a prévu d'autres essais avec le natif de Bologne.

Il y a même eu une demande de dérogation pour accorder à l'Italien une Super Licence FIA avant son âge minimum de 18 ans, mais le directeur de l'équipe, Toto Wolff, a rapidement coupé court à toute rumeur selon laquelle Mercedes était derrière cette démarche, ou qu'il serait même prêt à lancer Antonelli dans un baquet de F1 à court terme.

Ayant sauté la F3 pour passer directement en F2 avec Prema depuis la FRECA, Antonelli est confronté à une courbe d'apprentissage abrupte, mais il s'est bien débrouillé jusqu'à présent face à son coéquipier plus expérimenté Oliver Bearman, le jeune homme de 19 ans qui a impressionné le monde entier avec sa remarquable apparition sur la Ferrari à Djeddah. Antonelli est neuvième de la F2 après trois week-ends, Prema ayant eu du mal à reproduire sa domination habituelle dans la discipline jusqu'à présent, mais une quatrième place lors du sprint australien montre que le duo commence à se rapprocher de l'objectif.

"Il est tout à fait sur la trajectoire que nous attendions", a déclaré Wolff à Motorsport.com à Miami à propos des progrès de son protégé. "Il y a des jours plus faciles, il y a des jours plus difficiles. Je pense que les deux pilotes et l'équipe doivent régler quelques problèmes mais ce n'est pas inattendu. Les essais se déroulent très bien et nous les abordons avec calme et sérénité."

Andrea Kimi Antonelli lors d'une séance d'essais à Imola.

Andrea Kimi Antonelli lors d'une séance d'essais à Imola.

Photo de: Davide Cavazza

La stabilité est la clé

Comme le montre la dernière vague de contrats de pilotes de ces dernières semaines et de ces derniers mois, les équipes pensent à long terme lorsqu'elles signent des accords, avec en tête la prochaine ère réglementaire. Lewis Hamilton, Lando Norris, Fernando Alonso, Nico Hülkenberg et maintenant Alexander Albon ont tous signé pour 2026 et peut-être au-delà, car les équipes cherchent à rassembler toutes les pièces du puzzle pour prendre de l'avance sur leurs rivaux avec les toutes nouvelles voitures et unités de puissance. Un duo de pilotes stable fait qu'une autre variable est supprimée pour ce qui sera de loin le plus grand changement de règlement depuis 2009, et peut-être même de tous les temps.

Le patron de l'écurie Williams, James Vowles, a également affirmé qu'il ne s'intéressait qu'à ce que son écurie pouvait réaliser à partir de 2026, de sorte qu'il ne serait probablement pas intéressé par le prêt d'Antonelli pour une seule saison en 2025 et qu'il ne serait attiré que par un prêt pluriannuel.

Des débuts sous moindre pression

Les deux écuries ont un passé commun, puisque Mercedes avait envoyé George Russell chez Williams pendant trois saisons pour apprendre le métier, ce qui s'est avéré être une situation gagnant-gagnant pour les deux écuries. Russell est revenu plus mûr et plus complet, prêt à courir aux côtés de Lewis Hamilton et à le suivre, tandis que Williams a acquis un pilote de plus haut calibre que ne le laissaient présager ses performances décevantes à l'époque.

Le prêt de Russell pour trois ans en dit long sur la réticence de Mercedes à lancer un jeune dans une voiture de pointe, et ses choix précédents de pilotes ont également privilégié l'expérience. Mais les choses pourraient être différentes cette fois-ci, car Mercedes ne dispose plus d'une voiture capable de se battre pour le titre. Et elle ne devrait pas non plus avoir de grands espoirs d'en avoir une en 2025, car peu de gens dans le paddock pensent que quelqu'un pourra rattraper Red Bull avant la "grande remise à zéro" de 2026.

Hamilton et ses débuts explosifs en 2007

Inévitablement, le phénomène Antonelli va attirer une frénésie d'attention alors que Mercedes a déjà du mal à ralentir le "train de la hype" en ce moment, mais 2025 serait le moment idéal pour installer l'Italien à Brackley et lui permettre d'acquérir de l'expérience sans avoir besoin d'enflammer le monde. S'il continue à apprendre aussi vite qu'il l'a fait jusqu'à présent, il pourrait bien être pleinement opérationnel en 2026.

Hamilton sait de quoi il parle lorsqu'il soutient Antonelli. Après tout, le Britannique lui-même a été propulsé directement dans une McLaren lorsqu'il a fait ses débuts très attendus en F1 en 2007. Ce risque s'était avéré payant pour l'écurie de Woking. Il pourrait bien l'être à nouveau pour Mercedes.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article
Article précédent Le programme du GP d'Émilie-Romagne F1 2024
Article suivant La F1 veut changer la règle sans surréagir au cas Magnussen

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France